Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En Souvenir du lycée.

En Souvenir du lycée.

 

En quête d’aventures sages, je me glisse
Dans les abris-bus des sans-issues, quel délice !
Les yeux écarquillés, les pupilles averties
De tout mon élan, j’attends le bus terni.

Les mains en poche, les joues épanouies
L’âme en quête de sourires même enfouies
Où sont les rires qui réveillent les âmes !
Où sont les voix averties qui s’enflamment!

Le lycée en poche, d’amies, je m’y penche
De calambours sur les professeurs, belle revanche !
Sur les boulevards de Roubaix, le bus s’énerve
Au bord des trottoirs, il se permet des trêves.

Tous les jours, il se fait attendre pas longtemps
Ma montre surveille ses allers-retours trépidants
Mon sac lourd cambre mes épaules si éprouvées
Dans le bus, je pourrais enfin m’y retrouver.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Sur les marches d'Epidaure.

Sur les marches d'Epidaure.

Dans l’amphithéâtre des scènes antiques

Je me suis glissée sur un gradin d’histoire

Sous le soleil couchant se tenait la gloire

Du Péloponnèse livré aux arts dramatiques.

                                                                                           

Tous les arbres se taisaient au crépuscule,

Là, où dans l’hémicycle, les voix proféraient

Leur épopée sous les cieux d’une ère passée

Où l’Antiquité attirait les foules noctambules !

                                                                       

 La pièce de théâtre jouait son drame épique

Les costumes reflétaient les épopées d’Homère

L’acoustique retransmettait jusqu’aux arrières

Sans aucune faille, les paroles hellénistiques.

                                                                                            

Tous les oliviers environnants se pavanaient

Aux allées pourvues de cigales du Kynortion

Là, où les malades imploraient par invocation,

Asclépios, le bel héros au serpent tant vénéré !  

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Age tendre et tête de bois

Age tendre et tête de bois

Difficile l’adolescence quand on veut le monde !
Difficile de montrer sa raison quand on sort de l’enfance !
On veut toujours avoir raison malgré les remontrances !
Et quelle tendresse lorsqu’on veut aimer le monde !

Age tendre et tête de bois, âge des amours difficiles
Age où tous les rêves sont permis, les soucis aussi !
Filer comme le vent à travers les dédales des envies,
Aimer vivre ou souffrir du monde parfois si difficile !

Age tendre et tête de bois, parfois dur pour les parents
Qui n’ont pas su s’accrocher à leur idéologie ou leur outrance,
Qui n’ont pas compris que leur petit était sorti de l’enfance,
Qui désespèrent aussi de se voir vieilli à travers ce changement !

Age tendre et tête de bois, comme la mode les amuse
Filles ou garçons, vêtements et coiffures riment en chœur,
C’est vraiment l’âge des n’importe quoi, sur un air moqueur,
Ils s’amusent du monde adulte et de ses pouvoirs qui l’usent.

( D'après une chanson de Gilbert Bécaud )

 
Duhamel Christine.

 

Voir les commentaires

Héra, ma déesse.

Héra, ma déesse.

Sous ton temple, de mon âme s’effile ma flamme

Oh ! Héra, toi la déesse du foyer, je m’enflamme,

Dans le bois sacré d’Altis, mes yeux s’égarent

Sur les colonnes blanches, Héra, ma belle, gare !

                                                                                     

Dans le dédale circulaire du Philippeion, je te vois

Belle, assouvie de tous tes désirs, je me louvoie

Au chant des Macédoniens, tel le grand Alexandre

Qui de son char, soulève les parterres de coriandre.

                                                                                   

Dans le couloir de la Palestre, je me suis voué

Au creux des bains purifiés, tu t’es dénudée 

Héra, déesse si blanche, si pure, si près de Zeus

Que me promettras-tu au détour du temple de Zeus?

                                                                              

Apollon ne peut me prendre raison de tes seins,

Les jeux olympiques n’attendent que les recoins

La flamme s’allumera devant ta grandeur vouée  

Sous les épreuves, je te serai âme et corps loués.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Le singe évolué

Le singe évolué

D'ordinaire l'animal pendu à quatre pattes

Se moque de son statut républicain

Il vote en faveur des candidats disparates

Et choisit le personnage qui lui convient.

                                                          

La politique qui ne peut plus se défaire,

De ses opinions, fait croire au vote rêvé,

La folie du pouvoir sert les grands maîtres,

La passion de voter attire le peuple éduqué.

                                                                        

Le malheureux singe éduqué sur la scène,

De la vie politique, écoute tous les partis,

L'électorat se laisse embarquer sur Seine

Et espère en toute légalité, le meilleur parti.

                                                                                  

La politique des parties approuve les dépliants

Les singes évoluent en troupes séquentielles

Le débat politique raisonne de cris alarmants

Les opinions politiques hurlent de leurs querelles.

                                                                         

Les bulletins des urnes élucident les coeurs,

Les crises répétées des précédents gouvernements

Obligent l'électorat à voter pour le prometteur,

Qui fera de notre pays, le grand chambardement.

                                                                                 

Les singes déçus du nouveau venu sans plus,

Rêvent d'un passé où les pavés se soulevaient,

Où les étudiants en délire hurlaient en surplus,

 Où les grèves amusaient l'opposition clamée.

                                                                               

La crise politique cause les nouveaux venus,

Les singes en silence regrettent leur vote pourri,

Le grand singe dénigré regrette ses déconvenues,

L'adversaire entrant en guerre se remplit l'esprit.

                                                                               

La droite comme la gauche jouent aux échecs

L'échiquier politique s"équilibre entre deux

Les pions jouant à qui mieux-mieux au sec,

Pendant que le fou du roi s'avance entre deux.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Fool sentimentale.

Fool sentimentale.

Les rues remplies de voitures qui filent,

De files d'attente aux caisses des magasins,

D'attentes sans fin au rythme des refrains

D'amour aux mains vides des cinéphiles!

Etre fool sentimentale, tant envie d'idéal

Sous un ciel sonnant la grisaille velours,

Les villes s'encrassent dans leurs beaux jours

Au fil des saisons, des climats fatals!

Les gens robotisés par tant d'années vécues

Animent nos rues d'une paix profonde

Sous les porches des églises qui refondent

Les paroles d'un Christ tant attendu.

Etre fool sentimentale, soif d'idéal!

Etre libre au source d'une vie colorée!

Reconnaître la foi de croire à l'égalité

Des chances au bord d'une cité banale!


Duhamel Christine.

 

Voir les commentaires

Si près des Pays-Bas!

Si près des Pays-Bas!

Notre Nord s’arrête en deçà de ses pas, 

La Belgique flamande près des Pays-Bas,

Imprime l'Empire néerlandais en sa langue,

Sur une zone sableuse qui se fait langue!

                                                   

Knokke-Heist, la plus belle ville côtière, 

Elégante, fleurie, aux jardins de lumière,

Sise au coeur d'une Flandre Orientale,

Impose ses villas cossues sur son étoile!

                                                                      

Les ports de Bruges et d'Anvers portent

En leur coeur l'attrait d'une Hollande forte,

Sur des chants marins s'ouvre leur honneur,

Sur des anguilles au vert s'attarde le pécheur!

                                                                                  

Dunes de sable, polders, terres de remblai

Tant de sable, de douceur, de vents frais!

Tant d'élégance vouée aux maisons vitrées!

Tant de vélos qui signalent le coin Néerlandais!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Les heureux.

Les heureux.

Les efforts de drague d’ Hector

Dérident les soucis d’ Eléonore

Les tapes amicales de Victor

Froissent l’épaule de Théodore.

 

Les folles dépenses de Michel

Ravissent les folies d’ Isabelle

La rage égocentrique de René

Aiguise la sensibilité d’ Hervé.

 

Les déboires amicales de Léo

Dérident les soucis de Théo

Le sens de l’humour de Pierre

Epuise le sourire de Bérengère.

 

Les envies sournoises de Sylvie

Gratifient les bêtises de Léonie

Les discordes éventuelles de Paul

Libèrent les colères de Léopold.

 

Les erreurs de conduite de Roger

Assagissent les conduites de Didier

Les désirs débordants d’ Arlette

Dirigent les pulsions de Berthe.

 

Les rêveries démentielles de Louis

Corrigent les filouteries de Rémi

La bonté du cœur de Rachel

Gratifie les créations de Joëlle.

 

La grande finesse de Corinne

Ravit la sagesse de Delphine

L’esprit scientifique de Francine

Raccroche la passion de Perrine.

 

Les fabuleuses folies de Mireille

Agacent la douceur de Gaëlle

Le fort caractère de Grégoire

Forme l’engouement de Victoire.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

En attendant les Propylées.

En attendant les Propylées.

         Sous un soleil de plomb de juillet, les touristes venaient de çà et là par tous les recoins qui menaient à l’allée première qui faisait découvrir la majestueuse entrée de l’Acropole. Les multiples plantations aux facettes desséchées parfumaient avec grâce et tendresse nos parcours le long du Rocher Sacré qui surplombe Athènes. De douces allées aux pierres étuvées jalonnant nos pas nous faisaient découvrir maintes occasions de saisir l’Acropole avec contemplation.

         Comme cela devait être beau, jadis, où Périclès menait avec tant de hardiesse la construction de cette grande cité. La démocratie battait son plein, les tailleurs de marbre rose foisonnaient le long du Rocher Sacré, les dieux grecs étant tant implorés surtout Athéna, déesse de la gloire et de l’intelligence guerrière, qui menait par ses grâces tant de temples.

        Vers les Propylées, mon coeur se serre. Que découvrirai-je là en ton seuil ?

 

Voir les commentaires

Like an angel!

Like an angel!

Fortunately, we 're in search of the deep question!

Could you imagine the way given by the elevation,

Without a time for hapiness, a time for education,

A time where peace and love seem an exultation?

 

Finaly, where is the true when we 're in search of!

Casualy I'm a friend of the big trust, in case of,

whenever you and me sign the pact of the prudence,

For ideas turned by the government sit on the fence!

 

Sorry to tell you the opinion of the great free values,

Why don't you see this way, be safe, be these values!

In the time of investigation where we find the truth,

Only social exploitation seems the language of truth!

 

Mothers of the dreams, could you send me an angel?

Dreams aren't allowed to become utopias,sorry angel! 

Neverland is our secret story, don't you believe it?

Preach for a society who is fascinated with love of it!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 > >>