Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vivre à Chambord

Vivre à Chambord

Gloire à toi, Chambord pour des siècles et des siècles!

Sur ta longue façade s'impriment forces et royautés,

Au fil des saisons, des vents, des pluies, des étés,

Tu te fais si rayonnante, imposante depuis tant de siècles!

                                                                                            

Tes murs nous invitent à la fête des rois, des festins,

Tes fenêtres dentelées susurrent la clé des soupirs

Où mon coeur ne peut s'empêcher d'être ton élixir!

Où mon âme rêve d'appartenir à ce bal lointain!

                                                                            

Tant de vies derrière tes vitres peuvent éblouir

Ta demeure aux vocations songeuses des seigneurs!

Tes cheminées cossues si élancées vibrent d'ardeur

Au milieu de ton toit d'ardoises maillées pour luire.

                                                                              

Tes escaliers qui serpentent sans se croiser fusionnent

Une grandeur, une harmonie sans égal, une géométrie,

Où tant de salles s'accrochent à cette tortueuse féerie

Digne d'un artiste qui t'a signé à jamais pour ton trône!    

                 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

A l'ombre de Stockholm!

A l'ombre de Stockholm!

Sur les quais interminables de Stockholm, ma vie s'est posée

Au coeur des eaux étalées, ma soif de flâner s'est ouverte

Sur des ruelles dignes d'un passé royal aux vents légers

Où les maisons hautes s'imprègnent de couleurs inertes.

 

Stockholm s'étale sur de nombreuses îles bien ombragées,

Là où les eaux s'évertuent sous un climat bien scandinave,

Là où la vie estivale s'égaye de fleurs fugaces et parsemées,

Là où l'hiver si long impose son manteau neigeux suave.

 

Les soirées d'hiver s'éternisent au coeur d'un soleil lointain,

Les bonhommes de neige sourient à la vue de passants hasardeux

Et l'arrivée des beaux jours éveille le navigateur de ses refrains

Et veille à nouveau sur les courants sages des îlots nombreux.

 

Stockholm, ville aux mille reflets, tu n'as pas perdu le Nord,

En souvenir du Vasa ressuscité qui s'enorgueillit du passé,

Face aux silences des naufragés partis si près du port,

Face aux visiteurs rêvant d'une belle et longue épopée!

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Cheminées d'usines....

Poème décrivant la vie de Roubaix  vers la fin du XIX ème siècle!

Poème décrivant la vie de Roubaix vers la fin du XIX ème siècle!

De ma fenêtre, au dessus des toits de Roubaix,

Le paysage me parle de ton industrie grisée

Au cœur du textile qui fait sa place d’honneur

Parmi ses corons, ses vies haletantes de labeur.

 

Tant de fumées partant dans les airs sans arrêt,

Tant de poussières retombant sur nos sentiers

Rayés de pavés qui défilent sur nos quotidiens,

Là où le souffle de vivre promet que du dédain !

 

Toutes les rues se parfument au nom de l’ouvrage,

Toutes ces filatures ébruitant le son du cardage

Toutes ces mains courant pour manger un peu

Pour subsister au temps des cigales au mieux !

 

Lire sur Zola, pas le temps, pas le savoir nécessaire !

Se taire devant les écrasements pour tuer les nerfs !

S’affirmer au nom d’une liberté qui se meurt tant

Sous les coups de pied des bourgeois s’époustouflant !

 

Tant de fourmis ouvrières entassées en piles sages,

Tant de conditions difficiles à vivre à tout âge,

Tant de travail lourd à ne plus savoir qu’en  faire !

Tant de chiffres d’affaires à ne savoir qu’en  faire !

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Milos, escale douce

Milos, escale douce

Sur ta terre éloignée au milieu des flots

Je me suis vouée à tes lois, tes idéaux

Sur le quai tranquille qui me tendait les bras

Je me sentais l'âme libre d'aller chez toi.

 

Terre de rêve aux paysages parfois lunaires

Je me souviens de tes rochers bordant la mer

De tes criques serpentées d'un sable si fin

Orné de coloris d'or ou d'un blanc serein!

 

Les sirènes des côtes morcelées me parlaient

De leur chant d'amour, de leur secret volé

Au coeur des rochers , des eaux ballotées

Par le vent cycladique qui dicte ses volontés.

 

Au coeur des villages éparpillés sur toi

Je me suis promise une vie depuis toi

Où le temps peut s'arrêter, le temps d'un refrain!

Où le temps peut filer sans se soucier du lendemain!

 

Calme est ta louange au coeur des Cyclades!

Belle est ta vie loin de toutes les bousculades!

Sensuelle est ta plage, loin des bétons sans gloire!

Grande est ta passion au coeur de ton histoire!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

The mirror of my life

The mirror of my life

Don't forget, you can't see me!

Don't be sad, I'm a spirit so lucky

My life is now, a destiny not a prison

My eyes are so lighted, be full of reason!

 

The way of the wisdow seems so easy,

However I take my part of my responsability,

Don't say why, because it's my only way

And my heart is full of missions, be on my way!

 

Why do you agree with me without passion?

Why don't you call me with a big decision!

Unlucky I am! A world of fascination for you!

And me, the Graduation of a little smile to you!

 

Tell me, tell me, tell me more, I'm so tired!

My smile is about to fascinate, I can't be tired!

Don't you see now the channel of the spirituality!

Don't forget me, I'm the mirror of my life, be lucky!

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Visite au théatre de Dyonisos.

Visite au théatre de Dyonisos.

    Au pied de l' Acropole se tient le théatre de Dyonisos. je n'oublierai pas cet endroit qui me transposa loin de notre époque. J 'étais en extase, je voyais une foule s'asseoir le long des sièges et s'exclamait devant une pièce de théatre.

    J'aurais tant voulu leur dire que j'étais soudain là près d'eux, admirant cette représentation dramatique mais le soleil brûlant de Grèce m'a fait comprendre que je ne devais pas rester là surtout en plein midi, et dommage ce beau mirage antique disparut soudain de mes yeux... 

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

La Patience des Sages.

La Patience des Sages.

      La mentalité méditerranéenne est bien là ancrée à chaque coin de rue. Il fait si chaud le jour surtout à l’approche de l’été. La vie en Grèce s’arrête l’après-midi sauf pour les touristes à la recherche d’un soleil de plomb. Par contre les soirées et les nuits réveillent ce peuple au milieu d’une ambiance vivante et bruyante.  

      De ce fait, cette civilisation hellénique jouit de son climat mais il ne faut pas oublier un passé encore si présent malgré le monde moderne qui essaie de rattraper ce soi-disant « retard » .  

       La vie là-bas montre une passion pour une vie qui se défait d’une monotonie qui nous avale, nous les occidentaux. Le temps peut s’arrêter, le temps d’une conversation, il faut profiter de la vie, de ses opportunités, de ses joies et aussi de ses larmes.  

        Les Grecs sont libres de leur temps à vivre, ils espèrent le meilleur de tout ce qui peut se présenter devant eux, ils optimisent leur problème, ne veulent pas de cet esprit de compétition qui nous rend aveugle et stressé. Ils arborent un grand calme, ils sont très philosophes et patients et nous montrent la voie de l’espérance et d’une vieillesse paisible. Leurs seuls grands soucis sont les guerres et le manque d’argent. Il est vrai que la Grèce du vingtième siècle a connu dictatures et invasions. D’ailleurs les chansons grecques sont souvent empreintes de poésie triste ! Ils aiment tant la paix, l’harmonie !  

        C’est pour cela qu’il ne faut pas seulement connaître ce pays à travers ses paysages, il faut aussi s’introduire au cœur de son peuple.  

 

Duhamel Christine

 

Voir les commentaires

Chemin de musique.

Chemin de musique.

 

Douceur printanière se pose en rythmes balancés,

Sur les portées de mon destin, se fige la clé de sol,

Musique miroitée s'étale sur des ondes travaillées

Les notes se parent de pensées mélées de paroles!

 

Studio virtuel, tu me tends la perche vers une farandole

les notes scintillent au portes de l'électronique martelée,

Où les doigts se mettent au diapason des belles idoles,

Où les voix se gravent sur sur une coulée de notes créees!

 

Les oiseaux se mèlent au chant des abeilles synthétiques,

Les  sirènes aux folies des arpèges en mutation phonique

Les pistes se donnent l'honneur de leur instrument pathétique,

Les mélodies caressent l'âme du poète étourdi par la rythmique.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Pire que le verre!

Le train train de la vie quotidienne sous un style Boris Vian!

Le train train de la vie quotidienne sous un style Boris Vian!

Où te caches-tu donc petit ver ?  

Sur la table, peut-être sur le verre, 

Au coin d'un fauteuil, tu m'exaspères,

Dans mon lit, tu veux que je te gère.

                                                            

Tu frises les boucles de mes plantes en terre,

Tu glisses le long des tiges jaunes de vert,

Mon gri-gri s'éveille au son de mes vers,

Je m'étale sur un cintre qui tape la guerre.

                                                                    

Tout mon être vole en éclat sur le réverbère,

Qui ne demandait qu'à connaître mon air,

Depuis ma maison, il me parlait de ses colères,

Belle rencontre qui ressemblait à un parterre.

                                                                                          

Les clés de ma raison m'appellent au vert, 

Sur un air d'écologie, je m'évade sur Terre, 

Je frôle les moustiques des stades, je me serre, 

Sur leurs airs, avec pour prime un bouton vert.

                                                  

Que dire de mon téléviseur qui digère, 

Les voix scintillants sur l'écran de verre, 

Qui ne demandait intelligemment qu'à se taire, 

Sans un reproche, l'air sévère, il me tend son verre.

                                                                                

Que dire, les mains noircies de merde qui blatère, 

Sans la ligne de mes sourcils qui me soulignent l'air, 

Pourquoi penser aux blues des mots qui atterrent,

Quand l'horizontale des visages brunis se met en vers? 

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Love You...

Love You...

Je t’aime d’amour platonique et physique

Je te désire de feu sage et de passions folles
Je te rêve en folies tendres et de scènes lyriques
Je te lie de mes bras tendres et de chaleur folle.
 
Ton âme s’immortalise de pensées aimantes
Ton cœur bat les rythmiques endiablées
Ta peau glisse sur ma peau légère et moulante
Ton corps s’anime de fascination dédicacée.
 
Tes beaux cheveux doux grisés de noir ébène
S’édifient en gouttelettes lourdes d’émotion
Ton sourire admirant le rire défie la haine
Tes lèvres roses s’ouvrent aux grandes émotions.
 
Tes mises en scène réclament mes mains osées
Tes gestes s’amusent des histoires de routine
Ta voix, belle et chaude, chante toutes tes voluptés
Ton langage envoie les timbres de ta voix coquine.
 
L’amour que tu me délivres au creux du lit
Me donne de langoureuses émotions roses
Les câlins de tes gestes m’envoûtent la nuit
Ma star, je t’aime de toute ma flamme rose.

Duhamel Christine.
 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>