Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vivre en couleurs.

Vivre en couleurs.

Couleurs, vous me tenez tant et tant!
Je n'aime pas la grisaille, les tons lassants
Vivre en vibrations colorées, cheveux au vent
Longs et rouge pour parler de mon tempérament !


Calme mais vivante aussi, je suis ivre de joie
Même quand la dépression ressurgit parfois,
Silence, il le faut pour plaire aux nobles lois
Mais je ne puis être fausse en ce domaine là!


Les gens hargneux, je les évite au plus, vaut mieux!
Mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut
Surtout quand les lois du mariage ont raison sur tout
Mais il faut toujours écouter  les plus fous d'entre nous!


C'est pour cela que je suis hippie, pour protester!
Cheveux rouges, longs,vêtements vivants,colorées !
L'esprit jeune pour protester sur  les lois décolorées!
Je suis celle que je veux être, pas une soumise révée!


Les oiseaux en liberté, chez moi ,étonnent quelquefois,
Mais je fais ce que je veux, çà ne regarde que moi!
Ma philosophie de la vie peut surprendre aussi parfois
Au moins j'ai une liberté qui offense les jaloux narquois.


Je ne suis ni riche, ni pauvre, je suis bien à toute heure
Pas besoin de richesse pour être au top du bonheur,
Je suis trop hippie pour m'attacher à ce genre de valeur
Par contre mon bonheur est de rêver d'un monde meilleur!


Signée:

Une hippie qui ne se droguera jamais, très écolo et pas envieuse!!!!

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

MIKIS THEODORAKIS EN CONCERT.

MIKIS THEODORAKIS EN CONCERT.
     En l’honneur de ta musique, de tes poèmes, de tes chansons, je te remercie pour tes messages porteurs de paix et d’amour. Tes débats colériques contre les mauvais coups bas du sarcasme des dictateurs, des hommes politiques véreux, montrent ton idéal pour la liberté d’expression et ton socialisme bien réel. 
                                                                                                  
    Pour ma part, j’aimerais un jour te rencontrer au fil de tes concerts où ton talent d’auteur compositeur ne peut être ignoré. Tant de grâce, d’engouement à travers toutes ces décennies pour diffuser une musique digne du rythme de « Zorba Le Grec » 
                                                                                                         
    L’été 2015, tu as fêté dignement tes quatre-vingt dix années de vie au cœur de la Crète. Il est vrai que la Grèce ne serait pas ce qu’elle est sans cette musique qui surprend le moindre touriste. Le sirtaki ne peut être écarté de cette culture grecque aux mille visages. C’est pour cela que nul ne pourra t’oublier à travers les âges futurs. 
                                                                                                         
    Tes années d’emprisonnement t’ont valu une renommée certaine sous un régime si détestable mais j’aimerais ne plus revoir ces offenses contre les libertés d’expression qui pourraient à nouveau bien apparaître au cœur de nos contrées si la misère fleurit encore et encore. Il est vrai que ta musique parle beaucoup de ces années difficiles, de la mélancolie se glisse parmi tes refrains si ensorcelants, si grandioses !
    Dans l'attente de ta réponse au sujet des prochains concerts, je te prie de croire, Mikis Théodorakis,à mes salutations distinguées.

                            Christine Duhamel.
 


Un lien pour mieux le connaître: cliquez ici
 

Voir les commentaires

Belle.

Belle.

Sous les lumières de la ville, je vous invite

A la soirée des plus beaux serments légers,

A l'ombre des camélias, mon regard ne t'évite

Toi, la plus belle des femmes, suavité et affinité.

 

Près de la fontaine qui me parle de tes projets,

Je me redoute tant mon coeur s'emballe

Sans un soupir, je ne puis te dicter mes pensées

Tant l'amour me prend en tenaille et m'avale.

 

Les yeux s'ouvrant aux portes de l'Eden voilé,

Je te vois filante comme un ange dentelé,

Ma bouche se voue aux sons de ta voix rebellée,

Dans tes bras, toute la Terre s'ouvre en un ballet.

 

Les mélodies de ton coeur sillonnent mes étreintes

Ma langue se délie de toutes ses folies sensuelles

Tes cheveux me balayant tendrement l'image peinte

Le corps envoûté par tes mains detenant l'arc-en-ciel.

 

Lourd de mon désir latent, je m'avance en prose

Sur ton flanc, je m'imprime comme la clé de sol

Les doigts s'affirmant sur ton paysage, j'ose

Mais tes désirs s'éloignent et mon coeur s'affole.

 

Christine Duhamel.

                            

Voir les commentaires

Marche vers la Liberté!

Marche vers la Liberté!

Excuse-moi d'avoir oublié d'être ce que je ne suis pas,
Délivre-moi de mes chaînes lourdes à porter là!
Là où la liberté n'est pas en mesure d'être née!
Là où les pensées se taisent au son des sourdes volontés!

Vivre dans ces pays-là, c'est toujours là où on craint!
S'endormir sous son étoile, c'est partir dans des rêves vains!
Chanter liberté aux pays des silences, c'est interdit!
Annoncer son vouloir et sa dignité, c'est un ennui!

Lois pour les autoritaires seulement, c'est pas autrement!
Esclaves d'une politique qui s'affiche ouvertement!
Faillir aux dogmes, c'est mourir sans mourir!
Silence des hommes qui s'élancent vers le nadir!

Que faire contre les dictateurs lorsqu'ils sont posés?
Le monde s'écrie souvent mais ils aiment s'imposer!
Notre victoire, c'est de dénoncer ces pays-là
Mais la politique mondiale se tait pour ses achats!!!


Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Gloria

Gloria

Ange de grâce, je t'aimais tant et tant!

De tes ailes sombres, tu me donnais l'elixir

D'un amour sans fin, belle histoire d'amants

Où tes bras m'entouraient de tant de désirs!

                                                              

Si séduisante, si femme tu fus pour moi!

Si câline, si enivrante, belle effigie!

Tu m'avais tout donné, j'étais ton roi,

Ton amour, tes charmes, oui ma chérie!,

                                                              

Les yeux mi-clos, je repense à toi, Gloria!

Mon coeur pleure, de désespoir je t'aime!

Ta voix me manque, je ne suis rien sans toi

Pourquoi m'as-tu quitté? je t'aime, je t'aime!

                                                                   

Gloria, Gloria, ton nom reste en mon coeur!

Gloria, je ne peux plus vivre, je suis en sursis

Gloria, Gloria, belle ange, regarde mes pleurs!

Gloria, femme rebelle, tu étais toute ma vie!  

                                                                     

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Les jours jaunes.

Les jours jaunes.

Un poème inspiré du film "Un jour sans fin" et qui parle  aussi  du train-train quotidien!

 

Dés l’aube, les rêves s’envolent sans retour
Les valeurs sentimentales plaisent au gris sourd
La vitre de la fenêtre rivalise avec les nouvelles
Les paroles du poste libèrent les histoires si belles.
 
Les salles de bain s’embrument de vapeur miroir
L’eau qui coule rappelle les vacances sans gloire
Les croissants dorés ravivent les lueurs du jour
Le café grouillant parfume la cuisine de son velours.
 
Le matin, sous les rues sans parole, tant de fourmis
Parcourent leur ligne de vie avec le vide des envies
Sous les projecteurs des employeurs, ils s’avancent
Sans un regard oblique sur la journée qui avance.
 
Les midis, restaurants et cantines allument les passions
Les femmes évoquent leur vie pleines de punitions
Les hommes crachent leur métier avec joie éteinte
Les montres écoutant les pauses si courtes d’étreintes.
 
L’après-midi, les téléphones sonnent sans sonner
Les chefs sablent leur week-end de gâteaux sablés
Les fins approchent vers les aiguilles qui descendent
Avec le regret de ne pas avoir vu les rages qui pendent. 
 
Les soirs nous appellent au creux des divans lisses
La télévision délivre ses soirées de mots qui glissent
Les lumières se réveillent dans la pénombre du matelas
Mais que sera demain qui, de son histoire nous punira!

Duhamel Christine.
 

Voir les commentaires

Les pavés du Nord.

Les pavés du Nord.

Les pavés du Nord ont tant parcouru nos routes,

Ils témoignent du passé encore quelquefois présent,

Au détour de quelques champs, sur quelques routes,

Ils montrent leur relief, leur maillage, leur pas d'antan.

 

Le Paris Roubaix loue ce trésor à l'orée de chez nous,

Qui disparaît petit à petit au fil du macadam noirâtre,

Pourtant nos coureurs cyclistes les trouvent chez nous,

Où les télévisions retransmettent cette course folâtre!

 

J'aimerais ne pas voir s'enterrer tous ces pavés d'hier,

Le prestige de cette course cycliste donne l'espoir,

De garder ce patrimoine si ch'ti, si riche de ses terres,

Au regard du monde moderne imposant son territoire.

 

Par delà les frontières, l'Europe, la folie des hommes,

Il faut toujours garder un peu de soi dans ses contrées,

Un bout, une histoire de son passé, qui nous informe,

De la vie de nos ancètres au coeur de ses pierres usées.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Verwüstung!

Verwüstung!

Lass mich allein, ich kann nicht mehr hören

Die Welt bekommt so nötig, ich kann trauen!

Gott kann nicht mir sagen, wo sind die anderen?

Der Erde wird krank, so viele Verschmutzungen!

 

Die Luft  aus dem Erde spricht von Tschernobyl!

Tiere und Menschen bitten für allgemeingültige Stille,

Die Zukunft hat uns beobachtet, keine Möglichkeit,

Da ist die Führung der ökonomischen Wirklichkeit!

 

Unruhige Wolken laufen durch die Zeit ohne Bilder,

Bäume von Amazonien weinen über karge Wälder

See ist so die Müllerei von tödlichen Schiffe

Aber für die Welt, können wir hören: Hilfe! Hilfe!

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Sur la côte d'Opale

Sur la côte d'Opale
Du Cap Blanc Nez saillant son nez vers l’autre Terre,
Jusqu’au Cap Gris Nez pris par les vents glissants,
Le paysage côtier se dessine en dentelles fières,
En regard de l’Angleterre qui montre ses dents.
 
L’Europe s’arrête-t’elle là en cet endroit borné ?
La France a-t’elle son dernier mot à vivre en deçà
D’une frontière aux eaux scindant le calcaire frais,
Au-delà d’une langue montrant sa pointe d’apparat ?
 
La côte d’Opale miroite cette région de ses hauteurs
Si blanches, si abruptes, si touristiques, si belles,
Au regard d’une mer bleu pâle digne de sa valeur,
Où les matelots passent ce détroit empreint du ciel !
 
La belle plage de sable de Wissant s’étale largement
Entre deux caps bien usités, où le phare fait sirène
Où des blockhaus émergent du sable silencieusement,
Où tant de vacanciers se dotent de tes plages sereines !
 
Christine Duhamel.
 

Voir les commentaires

VIVE L' AMIRAL !!!

Photo extraite de 20Minutes.

Photo extraite de 20Minutes.

Amiral, de tout ton énergie, tu te fraies un beau chemin

Au milieu des flots, tu diriges avec joie ton Polnavire

Poussé par le vent des années, tu connais ton destin

Au milieu de tes moussaillons qui fièrement t'admirent!

 

Ton retour en France est sous le signe de ta longue gloire,

Ton nouvel album signe une nouvelle vie jalonnée d'amour,

Pour un enfant, une compagne qui t'ont donné le bel espoir

D'être enfin un papa attentionné et riche du plus bel amour!

 

Tes lunettes, ton look ont tant parcouru toutes ces décennies,

Il est vrai que ta musique est indémodable malgré ce temps

Tes chansons ont tant apporté l'ivresse sur tes fans attendris,

Sur une société en attente d'amour et d'espoir depuis longtemps!

 

Cinquante ans de gloire, c'est un demi-siècle sur ton sourire!

Au milieu de ton Polnavire, je m'invite à fêter ce cinquantenaire

En te dédiant ces quelques vers qui j'espère te feront plaisir

Ainsi qu'à tous tes fans qui s'uniront à moi pour lever ce verre!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>