Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Meilleurs Voeux 2020!

Meilleurs Voeux 2020!

Mes meilleurs voeux pour 2020!

 

 

 

Voir les commentaires

Pour toi Papa qui vient de nous quitter.......

Pour toi Papa qui vient de nous quitter.......
Sous les premiers frimas, je te fleurissais

A l’ombre des allées tombales, tu te reposais

Tant d’années sans te revoir, sans savoir

Sur cette après vie qui nous donnerait l’espoir !

 

La résurrection est l’apothéose d’une vie ici-bas,

L’oubli n’est qu’une croyance au fond de soi !

La mort, une renaissance qui nous survit

A notre monde aveugle, coupé de l’après vie.

 

Il ne faudrait plus pleurer sur ces pierres,

Ils ne sont pas morts, surtout pas au cimetière,

Ils sont redevenus jeunes, délivrés de la peau

Qui subissait son âge, sa vie, quel lourd manteau !

 

La vie n’aurait pas de sens si elle s’arrêtait là ! 

Dieu n’a pas crée seulement le corps pour toi

Il t’a mis sur Terre pour une mission à suivre

Et te rappelle pour  une autre vie à poursuivre !

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Mykonos.

Mykonos.

Sur ton île tachetée de moulins à gogo

Je me sens comme un pâtre grec illico

Sous les lumières embrasées d’un ciel

Se jettent les vagues claires bleu pastel.

                                                                
Tes multiples églises et chapelles blanches

Regorgent d’attrait et d’harmonie franche

Tes popes aux barbes et cheveux longs

Se reposent à l’ombre du soleil de plomb.

                                                             
Les cigales chantent les refrains Zorba

Les boîtes de nuit s’emplissent de gala

Les coeurs solitaires cherchent l’occasion

De s’unir au son des fleurs en diapason.

                                                         
Les bateaux qui emplissent et vident

Les tonnes de touristes, se décident

De voguer à qui mieux-mieux biaisant

Les flots rêveurs des mythes d’antan.

                                                           
Le poulpe des mers taquine franchement

Les filets du pécheur au gré du vent filant,

Sous les caprices de Poséidon la mer bleue

Chante l’épopée d’Homère et des dieux.

 

Christine  Duhamel.

 

Voir les commentaires

Mère et fille.

Mère et fille.

Je n'avais plus que mes yeux pour t'implorer

Mes vingt-trois ans t'ont enterré à tout jamais

Les jours anciens sont devenus si lointains

Trente-quatre ans après, je ne puis être sans chagrin.

 

Mes jeunes années me rappellent le mot maman

Depuis trente ans, je suis devenue aussi maman

Mais mes deux enfants ne t'ont pas vu, connu

Sauf aux travers d'histoires sans paroles vécues.

 

Tu étais si simple, jamais jalouse, toujours là

J' étais si souvent ta grande amie, ton bla-bla

Comme ma fille et moi aujourd'hui, des soeurs

Mais les jours anciens raniment mes pleurs.

 

Difficile de repenser à toi, c'est parfois dur

La dureté de la vie m'a tendu son grand mur

Tes photos me sourient encore, pour m'amuser

Mais ton regard est devenu si figé, si oublié.

 

Les bibelots que j'ai conservés près de moi

Brillent encore de tous leur tendresse et éclat

Dans ma chambre, un poème parle de maman

Sur ses phrases traînent ton absence, maman.

                                              

Christine.

 

Voir les commentaires

L'amour en héritage.

L'amour en héritage.

Depuis ma plus tendre enfance

J'ai reçu de toi l'amour en héritage

Sans oublier l'ivresse des  présages.

Sous un ciel du Nord de la France

                                                 

La paix  sur Terre est notre image

Les joies de l'amour nous rend sages

Les voix de la haine nous saccagent

Sans compter les misères du carnage.

                                                                          

La joie de la vie nous met sur la voie

L'appétit de la nature nous éblouit

Pourtant la haine est  toujours ici

Pour nous détruire l'amour et la joie.

                                                  

J'ai reçu de toi l'amour en héritage

Tant de peuples opprimés, saccagés

Quand la paix fait défaut , par pitié,

Prêchons l'amour du prochain, du partage!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

L'étoile de Mykonos

L'étoile de Mykonos

Comment faire valoir ton image, Mykonos ?
Sous d’innombrables chapelles aux toits bleutés,
Tant de chants pour invoquer l’éternel Mykonos,
Dans les vents capricieux d’Eole, tu es si rêvée !

Un climat si enchanteur où mille poètes oeuvrent,
Pour susurrer l’île aux folles ailes glanant l’ardeur
De tourner au gré du vent qui parfait ses oeuvres,
Sous mille étoiles épiant tes sentiers enchanteurs !

Tes sentiers de muletiers parcourent tes terres,
Tes paysans chantent au cœur des champs desséchés,
Tes mulets aux accents méditerranéens s’avouent fiers
De leurs travaux calmes sous des kilos de sacs portés !

Pour toujours, j’invoquerai ton âme, oh, Mykonos !
Pour ton folklore, tes accueils, j’implorerai tes étoiles !
Pour leurs éclats, leurs messages, je t’invite Mykonos !
Pour te chanter sur ma guitare, oh, Mykonos, mon étoile ! 


Duhamel Christine.

 

Voir les commentaires

Lettre à Delphes

Lettre à Delphes

Sur les sentiers qui mènent au sanctuaire,

Celui tant vénéré pour Apollon le grand,

Je t'ai rencontré en contrebas des pierres,

Tholos! De toute ton âme ton charme se vend.

 

Tes trois colonnes transportent ton ego,

Athéna Pronaia souveraine du site,

Atteste sa présence tout autour du lot,

Ton ordre dorique circulaire périclite.

 

Les vestiges de tes trésors calibrent le lieu

Athéna a tant fait rêver les grands prêcheurs,

Les illusions d'un peuple croyant aux dieux

Dont les temples usités restent en demeure.

 

Sur les vestiges d'une époque hellénistique

Mon coeur s'est voué un court instant

Au jeu des mythes et des passions héroïques

Sous les feux d'un soleil aux rayons ardents.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Guiness et Tesla.

Guiness et Tesla.
Guiness et Tesla.

Guiness, la tendre, qui de son poil long et soyeux,
Caresse les fauteuils de tout son parcours langoureux,
Tesla,qui de ses miaulements doux et résonnants
se glisse furtivement sous les canapés dormants.

Guiness, la princesse de Birmanie, s'étire sans bruit
Au milieu de coussins sans faire le moindre cri,
Les couleurs de son beige velours se font clairière
Au milieu d'un salon émaillé de fenêtres claires.

Tesla, la chatte de gouttière, retranchée de peur,
Surgit soudainement lorsque la faim l'effleure
De son regard si attendrissant, si implorant,
Nos coeurs ne peuvent qu'admirer ses tendres élans.

Tesla et Guiness,comme deux soeurs attendrissantes,
Vibrent de toute leur tendresse avec une main aimante,
Frôlent les meubles de leur douceur et de leur prouesse
Et dorment tranquillement sans crier gare de leur tendresse.

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Je t'aperçois Athéna.

Je t'aperçois Athéna.

Athéna, la penseuse, la sagesse

De tes temples aux cultes héroïques

Tu te sens, déesse, femme prêtresse

Qui se voue à mes prières épiques!

 

De ton sanctuaire, je t'aperçois Athéna

Belle, vouée aux combats des terres

Douce comme une eau sans éclats

Furtive comme le vent de la mer.

 

Force tu-es quand il s’agit de combats !

Pensive tu-es quand tu prends tes décisions !

Intuitive tu-es quand tu décides pour moi !

Décisive tu-es quand tu vis ta passion!

 

Athéna, accompagnée de ta chouette

Tu es passionnante quand tu apparais

Finement revêtue de ta longue toilette

Flottante parmi les vents détournés.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

For you, Mum!

For you, Mum!

December was the last time for you,

Forever, I will be your nice daughter,

But now, it's time to remember you,

After thirty-four years, I'm always your daughter.

 

My songs and prays are for you, Mum!

So long, your eyes disappeared of my glance!

Remember the time of your sweet arms, Mum!

So long, your smile painted my life of chance!

 

January the second was the last day for you,Mum!

Sorrows and tears were for me,the starts of this year,

Through my twenty years, I was so your fan, Mum!

Sorry! memories come back again through this picture!

 

Sometimes, the thread of life is so quickly cutted,

The cancer was your finality, Mum, without pity for you!

You were so young for dying, Mum, so suddenly diseased!

And now, I remember the time you were with me,weren't you!

 

In loving memories,your daughter,

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>