Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur les chemins de la Loire.

Sur les chemins de la Loire.

De fil en aiguille, La Loire doucement se faufile,

A travers champs, villes et sites surprenants de style,

Elle se gonfle d’orgueil au gré des châteaux renaissance,

Se dessine un espace voué aux aléas des eaux en abondance.

 

Son eau si claire inspire le poète rêveur dans ses pensées,

Ses ponts tant traversés ne peuvent décrire son défilé,

Sous les lanternes de cités royales imprimant leur sceau

Elle se dessine une voilure épousant les jardins royaux.

 

Sa douce musique sillonnant les berges d’herbes folles,

Libère cet émerveillement porteur d’une histoire d’idoles,

Où tant de promenades ont parcouru ses chemins sans fin,

Où tant de poissons s’évertuent à danser sur ses refrains !

 

Gloire à ton nom, Loire au cours si tortueux, si sauvage !

Gloire à tes châteaux qui n’ont pas fini de sabler ton passage !

Gloire à ton histoire qui perdura au fil des siècles et des années !

Gloire à tes vignobles d’un doux goût filant sous nos palais !

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

La Perle de Gand.

La Perle de Gand.

Sous les jets de maisons qui vivent et scintillent

Au regard des lumières nocturnes qui pétillent,

Gand s'est fait toute sa splendeur sur des terres,

Divisées par des canaux et cours d'eau charnières.

 

Là, près du Quai aux Herbes, je cherche le repos

Qui s'impose en ces heures d'un soir calme et beau,

Cet ancien port me transporte sous des temps oubliés,

Sous l'œil des maisons imposantes aux toits en escalier.

 

Le tintamarre du beffroi alourdit parfois les matins,

Mais la halle aux draps cautionne très bien ses refrains,

Pour La Triomphante au pied du beffroi, elle se dore

De son silence en vue d'un orage comptant ses records.

 

La cathédrale Saint-Bavon infuse ses cantiques bleus,

Au centre d'une ville flamboyante de son art pieux,

Où le mysticisme de l'agneau profane les saints lieux,

Où sa haute tour offre une vue imprenable sur le lieu.


Duhamel Christine.         

 

Voir les commentaires

Cheminées d'usines....

Poème décrivant la vie de Roubaix  vers la fin du XIX ème siècle!

Poème décrivant la vie de Roubaix vers la fin du XIX ème siècle!

De ma fenêtre, au dessus des toits de Roubaix,

Le paysage me parle de ton industrie grisée

Au cœur du textile qui fait sa place d’honneur

Parmi ses corons, ses vies haletantes de labeur.

 

Tant de fumées partant dans les airs sans arrêt,

Tant de poussières retombant sur nos sentiers

Rayés de pavés qui défilent sur nos quotidiens,

Là où le souffle de vivre promet que du dédain !

 

Toutes les rues se parfument au nom de l’ouvrage,

Toutes ces filatures ébruitant le son du cardage

Toutes ces mains courant pour manger un peu

Pour subsister au temps des cigales au mieux !

 

Lire sur Zola, pas le temps, pas le savoir nécessaire !

Se taire devant les écrasements pour tuer les nerfs !

S’affirmer au nom d’une liberté qui se meurt tant

Sous les coups de pied des bourgeois s’époustouflant !

 

Tant de fourmis ouvrières entassées en piles sages,

Tant de conditions difficiles à vivre à tout âge,

Tant de travail lourd à ne plus savoir qu’en  faire !

Tant de chiffres d’affaires à ne savoir qu’en  faire !

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Leçon de choses.

Leçon de choses.

Auprès de toi, j’apprends les mots qu’il faut,

Les mots qui parlent de révolte, de changement,

Les mots qui sonnent au cœur des congrès chauds,

Les mots qui réveillent de nos sommeils parlants.

 

Mourir sur une plage sans connaître mon être,

Parler d’une vision où tout serait beau, honnête,

Chanter au cœur d’une ville sans s’y paraître,

Nouer des liens de bonheur, d’amitié, de conquête.

 

Difficile de se lever hors d’une masse éduquée,

D’une éducation qui nous mène à l’obéissance,

D’une voie toute tracée depuis les premières années,

D’un poids qui nous mène aux emplois d’apparence.

 

Tant de courage, tant d’amour pourrait nous mener,

Sur un chemin où on se mettrait à penser autrement

Où le chômage n’empêcherait plus rien, s’inventer

A créer nos vies sur un air qui promet le changement.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Jardins de Villandry.

Jardins de Villandry.

Mosaïques de parterres aux saveurs cultivées !

Dessins d’un Le Nôtre aux courbures effilées !

Allées aux tendres cultures si raffinées, si colorées !

Harmonie qui n’a de cesse qu’une raison détournée !

 

Fruits et légumes sont sous l’Empire du jardinier,

Fraîcheurs d’un printemps libre de ses sentiers !

Lourdeurs d’un été épousant une forte maturité !

Caresses de nature émerveillant ces belles années !

 

Labyrinthe qui mène au cœur d’une carte étoilée,

Tant de recettes à exécuter, à peaufiner pour nos palais !

Au jardin d’une France délicate pour les gourmets

Goûtant les proches terroirs d’un Saumur étayé.

 

Villandry, toi, tu m’as prêté un site de renom

Au creux d’un château gardant tes blasons

Pour le plaisir d’un lieu visité sans prétention

Au grand plaisir des jardiniers dessinant ton jupon.

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

Les ruines de Pella

Les ruines de Pella

Sur tes ruines, Pella, j'aurais voulu dire

Que tes mosaïques brillent de leur moire,

Que tes scènes dentelées jouxtent le savoir,

Que la chasse te préoccupe sans le redire!

 

La chasse aux lions ou aux cerfs t'a loué

Aux archéologues de tout horizon lointain

Tes histoire sensualité, éternité et refrain

Tes renoms t'ont apporté louange et beauté.

 

Les allées de pierre parcourent Pella, la toile,

La pécheresse, sous tes faiblesses guerrières

Je me suis destinée, de tes pouvoirs tertiaires,

A tes décors évoquant ta soif de tes étoiles.

 

Raviver tes domaines de chasse à la cognée!

Dompter les fauves qui venaient d'un empire!

Connaître les lois de la nature vouée au pire!

Amuser le peuple de ces festivités pour exister!

    

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

AGHIA TRIADA

AGHIA TRIADA

Au détour de tes pierres dressées vers le ciel

Je me promenais sereine au cœur des monastères

Toutes les faces de tes charmes invoquaient le ciel

Malgré les bus de touristes parcourant leur terre.

 

Sur un des rochers surgit l’incroyable Aghia Triada

Qui se tait avec les crépuscules aux chants orthodoxes,

Qui se complait avec les cigales aux grelots d’apparat,

Qui s’éveille au cœur des prières sous fief orthodoxe.

 

Le pope de noir vêtu animait les lieux prêchant Panaya

De sa barbe et robe noire il montrait ses signes religieux

Ses icônes s’affichaient le long des murs sous son toit

Sa parole religieuse parcourait tout son être harmonieux.

 

Les  sentiers du passé valorisent les ascenseurs à cordes

Les sentiers d’escalier tournoient en chœur vaillamment

Le long des pics de pierre  qui s’amusent de ses cordes

Mais l’époque des prières parlent encore des jours d’antan.

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

Perles de pluie!

Perles de pluie!

Sous les tuiles, j'entends la pluie

Qui roule, déboule, s'enroule,

Jusqu'au bord du toit, sans soucis!

J'entends les gouttes finir en boules.

 

Je vois son cristal s'édifier en force,

Tombant allègrement des nuages gris,

Sans penser à l'obstacle qui la force,

A s'écraser avec fracas, avec parcimonie.

 

En multitudes de gouttes orchestrées,

La musique de la pluie pose ses refrains

Sur une portée de déferlantes illustrées,

Qui s'écoule sur nos trottoirs en vain!

 

La pluie nous invite souvent de sa vie,

Nos toits bien penchés parlent du climat,

Nos pluies ont leur chemin tout engourdi

Par ses fréquences et sa joie de tomber là!   

 
Duhamel Christine.

 

Voir les commentaires

Milos, escale douce

Milos, escale douce

Sur ta terre éloignée au milieu des flots

Je me suis vouée à tes lois, tes idéaux

Sur le quai tranquille qui me tendait les bras

Je me sentais l'âme libre d'aller chez toi.

 

Terre de rêve aux paysages parfois lunaires

Je me souviens de tes rochers bordant la mer

De tes criques serpentées d'un sable si fin

Orné de coloris d'or ou d'un blanc serein!

 

Les sirènes des côtes morcelées me parlaient

De leur chant d'amour, de leur secret volé

Au coeur des rochers , des eaux ballotées

Par le vent cycladique qui dicte ses volontés.

 

Au coeur des villages éparpillés sur toi

Je me suis promise une vie depuis toi

Où le temps peut s'arrêter, le temps d'un refrain!

Où le temps peut filer sans se soucier du lendemain!

 

Calme est ta louange au coeur des Cyclades!

Belle est ta vie loin de toutes les bousculades!

Sensuelle est ta plage, loin des bétons sans gloire!

Grande est ta passion au coeur de ton histoire!

 

Christine Duhamel.

 

Voir les commentaires

The mirror of my life

The mirror of my life

Don't forget, you can't see me!

Don't be sad, I'm a spirit so lucky

My life is now, a destiny not a prison

My eyes are so lighted, be full of reason!

 

The way of the wisdow seems so easy,

However I take my part of my responsability,

Don't say why, because it's my only way

And my heart is full of missions, be on my way!

 

Why do you agree with me without passion?

Why don't you call me with a big decision!

Unlucky I am! A world of fascination for you!

And me, the Graduation of a little smile to you!

 

Tell me, tell me, tell me more, I'm so tired!

My smile is about to fascinate, I can't be tired!

Don't you see now the channel of the spirituality!

Don't forget me, I'm the mirror of my life, be lucky!

 

Christine Duhamel.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>